Lettre ouverte aux Préfets de Lorraine – La FéDEN dénonce les conséquences de la circulaire Guéant

Lors de leur Conseil d’Administration du 14 décembre, les membres de la Fédération des étudiants Nancéiens ont adopté la lettre ouverte suivante :

Monsieur le Préfet de la région Lorraine, Préfet de Moselle

Monsieur le préfet de Meurthe et Moselle

Madame le Préfet de la Meuse

Madame le Préfet des Vosges

 

 

Nancy, mercredi 14 décembre 2011,

 

Objet : Lettre ouverte aux Préfets de Lorraine au sujet de la circulaire « Guéant – Bertrand » du 31 mai 2011.

 

Mesdames et Messieurs les Préfets,

Les collectivités locales et établissements d’enseignement supérieur de Lorraine se font fort d’accueillir un nombre important d’étudiants internationaux, qui contribuent à leur enrichissement et à leur rayonnement international. Soucieuses de l’intégration de ces étudiants dans leurs lieux d’étude, la Fédération Des Etudiants Nancéiens (FéDEN) et ses associations membres prennent une part active dans leur accueil. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous nous inquiétons d’une série de mesures et notamment des effets de la mise en application de la circulaire du 31 mai 2011, émanant des Ministres de l’Intérieur et du Travail.

Ce texte, dit circulaire « Guéant-Bertrand », encourage les préfets à limiter le nombre des changements de statut de résidant « étudiant » à « salarié » aux jeunes diplômés étrangers, de même qu’elle encourage à une évaluation par vos services du parcours pédagogique des étudiants lors de la délivrance ou du renouvellement de leur titre de séjour. Cette circulaire s’ajoute à l’augmentation récente de 30% du plancher de ressources nécessaires pour l’obtention d’un titre de séjour étudiant (de 460 à 615 euros par mois). Les situations personnelles engendrées par ces textes, telles que relatées quotidiennement dans la presse, sont inacceptables et entachent aussi bien nos valeurs républicaines, que l’image et le rayonnement international de nos établissements d’enseignement supérieur.

La FéDEN, membre de la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes), et seule fédération représentative étudiante en Lorraine, dénonce l’interprétation de ces consignes qui a conduit vos services à refuser aux jeunes détenteurs d’un diplôme français une expérience professionnelle, alors que celle-ci n’avait que pour but d’être mise à profit lors de la suite de leur carrière dans leur pays d’origine, et demande en conséquence la non application de la circulaire en Lorraine.

De plus, au regard des évènements récents et du risque d’expulsion qu’a connu cette année un étudiant de l’Université Nancy 2 en situation de handicap, nous insistons pour que l’avis des équipes pédagogiques soit systématiquement demandé et pris en compte dans la décision de renouvellement de titre de séjour « étudiant », ainsi que l’extension à un an (au lieu de 6 mois) des dispositions prévues par l’article 6 de la loi du 24 juillet 2006, ce qui parait être une disposition plus réaliste au regard de la situation de l’emploi1 en France.

Je reste disponible pour vous rencontrer et envisager plus avant les solutions les plus favorables et équitables pour les étudiants des établissements d’enseignement supérieur lorrains.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les Préfets, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Charles Thomassin, Président de la FéDEN

1 . D’après l’enquête sur l’insertion des jeunes diplômés de l’APEC 2010, la durée moyenne de recherche d’un emploi est de 2 mois après l’obtention du diplôme. Cette durée variant évidemment en fonction du niveau d’étude atteint, du type de diplôme (et d’établissement) et de la discipline étudiée.

 

[à télécharger ici]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *