« Quand la communication touche à sa faim : 2300 étudiants privés de repas… »

En raison de l'absence d'initiative de l'Université de Lorraine, les 2300 étudiants en PACES ont trouvé portes closes devant leurs Resto' U (ici, Campus Brabois)

Communiqué de presse d’InterAssos Lorraine

« Quand la communication touche à sa faim : 2300 étudiants privés de repas… »

Décidément, l’année aura été bien longue pour les étudiants en PACES (Première Année Commune des Études de Santé, née de la fusion des premières années de Médecine et de Pharmacie).

Une fois de plus, l’ancienne Université Henri Poincaré, composante désormais de l’Université de Lorraine, a montré le manque total de considération vis à vis des étudiants d’une des plus difficiles années de sélection du milieu universitaire.
Ce ne sera pas la première fois qu’ils seront livrés à eux même : banalisation des vidéos-­‐cours plus que déficitaires en terme de pédagogie, ouverture prématurée d’un site à Metz, mise à mal du Tutorat Associatif (pourtant reconnu nationalement et présent depuis plus de 12 ans), changement inopiné du mode de notation à quelques semaines du concours, sacrifice de leurs vacances de Noël… Si le nombre d’étudiants, la diversité des sites couverts et la sélection imposent une gestion plus large des étudiants, cela ne dédouane pas pour autant l’Université de faire preuve d’humanité et de respect dans leur prise en charge.

Dernier exemple en date, l’absence de communication entre l’Université et le CROUS Nancy-­‐Metz concernant l’ouverture des Restaurants Universitaires et des Cafétérias pendant la 2ème semaine des vacances de Printemps, semaine de cours pour les étudiants en PACES. Quelle ne fut pas la surprise des plus de 2 300 étudiants, sur les 4 campus concernés (Pharmacie, Médecine et Sciences à Nancy ; Bridoux à Metz), de trouver portes closes, sans en avoir été prévenus par l’Université. Toute cette semaine, ils sont laissés sans solution pour se restaurer, alors que leurs cours sont étalés sur toute la journée…

Pour pallier ce manque de concertation et de considération, le Tutorat Santé Lorraine, soutenu par la première organisation représentative étudiante au sein de l’Université, InterAssos Lorraine, apporte son aide aux premières années. Ils se verront offrir leur repas de mercredi midi par les bénévoles associatifs, et cela quel que soit leur site d’affectation (y compris sur Metz).

Ce sont une nouvelle fois les étudiants qui payent au prix fort la méconnaissance par les dirigeants universitaires des besoins étudiants, qui aurait pu être anticipée si les représentants étudiants n’avaient pas été mis à l’écart des discutions au sujet de la PACES depuis plus de deux ans. L’impossibilité de profiter du repas à 3,05€ pendant une semaine complète peut mettre en difficulté les étudiants au budget serré. À l’heure où la précarité étudiante est constamment mise en avant par les politiques et les médias, cette situation est plus qu’inacceptable !

Une désillusion supplémentaire qui pose une nouvelle fois la question de la vie étudiante au sein de l’Université de Lorraine, noyée par son incapacité à s’extraire de ses processus électoraux.

InterAssos Lorraine et le Tutorat Santé Lorraine dénoncent ce manque flagrant d’intérêt pour les préoccupations des étudiants, problématiques pourtant primordiales dans la genèse d’une nouvelle Université, et qui reste pour l’instant dans un flou plus qu’inquiétant. C’est pour cette raison que nous continuerons à nous battre pour assurer la représentation des étudiants de PACES, et plus généralement des 53 000 étudiants de Lorraine.

Aurélien Martin, Président d’InterAssos Lorraine.

Télécharger le CDP au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *