Lettre ouverte au gouvernement, pendant son séminaire à Artem

/ juin 30, 2017

A l’attention de : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Nancy, le 30 juin 2017

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Membres du Gouvernement, vous avez choisi, aujourd’hui vendredi 30 Juin 2016 de vous rendre à Nancy pour le Séminaire Gouvernemental.

Nancy est une ville riche de son patrimoine, de son histoire et de son université. C’est pourquoi, Fédélor – la fédération étudiante de Lorraine, héritière de la première Assemblée Générale Étudiante de France se permet de vous interpeller en tant que première organisation représentative des jeunes et étudiant.e.s de Lorraine.

Vous avez choisi le campus Artem pour y établir le Séminaire Gouvernemental. Ce choix nous touche particulièrement car Artem incarne le renouveau universitaire à Nancy, tant par son architecture que par ses formations et son innovation. Toutefois, le campus Artem et ce qu’il reflète ne constitue malheureusement pas le quotidien des étudiant.e.s et des jeunes à Nancy ou sur l’ensemble du territoire.

  • Aujourd’hui, les universités Françaises sont reconnues dans le monde entier et attirent des étudiant.e.s et chercheur.se.s de tous pays.
  • Aujourd’hui, un nombre croissant de jeunes bachelier.e.s cherchent à poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur public, créant ainsi une véritable plus-value pour la nation.
  • Aujourd’hui, les résultats de la seconde phase de sélection de la plateforme Admission Post-Bac ont été publiés et ce sont 117.000 jeunes citoyen.ne.s qui se retrouvent sans orientation pour la prochaine rentrée.
  • Aujourd’hui, dans certaines filières, à Nancy et partout en France, l’avenir, le futur de certain.e.s jeunes et étudiant.e.s est tiré au sort.
  • Aujourd’hui, l’Enseignement Supérieur et la Recherche font sentir un besoin crucial de financement afin de ne pas brader les enseignements et les formations qui ont façonnés notre pays et notre réputation.
  • Aujourd’hui, un.e étudiant.e sur deux est dans l’obligation de se salarier pour pouvoir étudier.

Aujourd’hui est également un jour de deuil, où nous regrettons la disparition de Madame Simone Veil, par ailleurs Universitaire et Académicienne. Nous vous demandons, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Membres du Gouvernement, que ce jour de deuil, jour du premier Séminaire Gouvernemental, ne soit pas aussi celui qui entérine le déclin de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour tous ainsi que de l’indifférence pour la jeunesse.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Membres du Gouvernement, l’expression de notre très haute considération.

Fédélor – La fédération étudiante de Lorraine